komikku

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Au pays de la kokeshi (小芥子)

Le réaménagement de komikku a permis l'introduction de nouveaux meubles vitrine. Un d'entre eux est maintenant totalement réservé aux kokeshi, magnifiques poupées en bois, peintes à la main et en provenance du Japon. Du coup, c'est beaucoup plus de modèles différents en magasin et plus de stock. Avec les nouveaux modèles qui viennent d'arriver, vous devriez pouvoir trouver facilement votre bonheur.

Je profite de l'occasion de ce nouvel arrivage pour exprimer le "coup de gueule" du moment. Beaucoup d'entres vous font un amalgame entre la kokeshi et la kimmidoll sans savoir de quoi il en retourne. Il est effectivement important de préciser que la kimmidoll n’est pas une kokeshi. D’inspiration oui… Je dirai même une TRES pâle copie…

L’essence même de la kokeshi et sa beauté disparaissent intégralement dès lors qu’il n’y a plus ce temps passé, cet amour donné par l’artiste qui sélectionne les pièces de bois soigneusement pour chacune d’entres elles, retravaille les pièces en sculptant (à la main!) les profondeurs, ajoute éventuellement des pièces, et peint intégralement, là encore à la main, chaque détails… La kimmidoll, pur produit commercial, sans âme, fabriquée en usine en chine, jusqu’à l’illustration apposée sur le corps en série, de façon rigoureusement identique pour répondre à une production de masse. Des noms générique comme "bonté", "amour", "générosité" sont supposés transmettre des valeurs et apporteraient le bonheur dans les foyers... N'est-ce pas un peu pipo ?

Le plus triste dans tout cela, c’est ce détournement honteux du mot “kokeshi” pour vendre de la kimmidoll à tout va. En effet tout est joué sur l’ambiguïté de l’association du mot “kokeshi” et de l’histoire des kokeshi pour expliquer la “légende” des kimmidolls. Il s’agît bien d’avoir détourné l’image et surtout le mot “kokeshi”. La communication à ce niveau est remarquable et je pense qu'il est important de vous informer pour éviter, ce que l'on constate trop souvent en discutant avec vous en magasin, que vous vous êtes fait duper éhonteusement…